Pensionnat Yoru


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La petite rebelle et le grand musicien [PV : James]

Aller en bas 
AuteurMessage
Ayumi Hizuhara
Admin
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 08/05/2010
Age : 24

MessageSujet: La petite rebelle et le grand musicien [PV : James]   Dim 26 Sep - 10:08

Ayumi était étendue sur le petit carré de terre de la cour. Il était dix-sept heures trente, le soleil déclinait déjà et le lycée était presque vide. Seules quelques classes restaient encore dans le lycée et comme Ayumi n'avait pas envie d'aller à l'internat, elle restait là s'en rien faire.

La jeune adolescente, si vive et curieuse, était prise d'une flémingite aigue et semblait blasée de la vie. La canette de bière qu'elle tenait dans la main en était la preuve. Et non, elle ne buvait pas à l'intérieur du lycée juste pour faire chier les gens. Du tout.

*Dodo…*

Voilà la seule pensée que l'adolescente était capable de formuler. Une vraie loque! Ayumi but une gorgée de bière puis cala sa tête entre ses mains, résignée à ne rien faire. Cela faisait bien une semaine qu'elle était dans cet état et même si l'adolescente savait que déprimer ne serait d'aucune utilité, Ayumi n'avait vraiment pas la force de faire autre chose. Il lui fallait plus de temps pour récupérer mais rester dans ce pensionnat ne l'aidait pas. Il lui rappelait chaque soir qu'elle était entouré de personnes aux capacités exceptionnelles et qui pouvaient la détruire sans qu'elle ne puisse réagir. La jeune fille venait à en perdre le sommeil et cela se répercutait sur son moral. Au final, c'était une véritable spirale infernale dont elle ne trouvait pas d'issue.

*Il faudrait que je parte d'ici. Malheureusement… Lorelei m'avait prévenu, soit je reste ici, soit je suis surveillée 24 heures sur 24 par des inconnus qui n'hésiteront pas à violer mon intimité. Ce sera tout aussi dur de s'endormir.*

Ayumi était prise au piège. Et le penser était encore plus dur. Pour la peine, elle but une grande gorgée de bière, même si cela ne la soulagea pas trop. Voire même pas du tout.

*Peut être que la solution, c'est de s'entendre avec tous les élèves spéciaux? Sauf que ça me fait encore plus de chance d'être trahie comme avec Lun.*

L'évoquer lui serra la gorge et l'adolescente ferma les yeux et vida son esprit. Penser ne servait à rien. Ca lui ferait encore plus mal. Ayumi attendit ainsi, comptant les secondes entre chaque respiration et augmenter peu à peu la durée. C'était l'un des rares moyens qui lui permettait de garder son calme. Le silence dans sa tête se fit, se mêlant à la tranquillité de la cour de Yoru.

Puis un son parvint à ses oreilles. Une mélodie agréable, qui rendait ses membres mous et lui donnait envie de dormir. A moins qu'il ne s'agisse que de son état naturel. Mine de rien, cela titillait la curiosité de l'adolescente. En plus, cela l'empêcherait d'avoir des pensées moroses.

*Quelqu'un joue d'un instrument? Dans la cour?*

La lycéenne s'assit pour mieux écouter. Elle n'avait absolument aucune oreille musicale mais il était facile de deviner qu'il s'agissait d'un violon. Mais tout cela n'expliquait pas pourquoi quelqu'un jouait ici.
Agacée de se poser des questions sans avoir de réponses, Ayumi se leva, toujours canette en main, et quitta son Eden vert pour retrouver l'auteur de ce bruit. Bientôt, elle aperçut un homme dans la cour, seule personne présente en ce lieu avec elle. L'adolescente s'approcha et le salua l'inconnu :

"Hey! C'est sympas ce que tu joues mais… Pourquoi dans la cour?"

Oui, sous l'effet de l'alcool, même minime, Ayumi était très familière avec les gens. A ses risques et périls. Ainsi, elle sourit à l'inconnu sans soucier de son âge avancé et… De la bière qu'elle tenait toujours à la main. En plus, ce dernier était sûrement un prof. Ou alors il faisait vachement vieux pour son âge!

"Tu es un prof non? C'est rare d'en voir dans la cour."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yoru-pension.purforum.com
James E. Wilson

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: Re: La petite rebelle et le grand musicien [PV : James]   Lun 27 Sep - 18:34

C'était assez difficile pour moi de changer de pensées... J'essayais pourtant, j'y mettais énormément de bonne volonté. Je pensais à ne pas oublier mes clefs, à Naho, à laisser un mot à la gardienne concernant la fuite d'eau du sixième, à Naho, à manger plus de fruits, à trouver Naho et la prendre dans mes bras. Non, vraiment je faisais de grands efforts et quand Amélie venait perturber ce flot incessant d'images de la jeune femme aux cheveux d'émeraudes, elle apparaissait sous forme de morte-vivante. J'étais donc perturbé et n'arrivais plus trop à dormir, de peur qu'elle vienne aussi hanter mes songes. En gros, tout allait bien, vraiment. Je jouais de mon instrument plus souvent que jamais, fermant les yeux et me plongeant dans des souvenirs plus gais, dans des mélodies plus douces pour tout oublier. Mais malheureusement pour moi, ce n'était pas la seule chose que j'avais à faire. Enfin, les cours étant terminés, j'avais bien le droit de me détendre un peu.
J'agrippai la anse de mon violon et fermai la porte de ma classe pour sortir. Je ne savais pas encore trop où aller, l'enceinte du pensionnat était grande, j'avais donc l'embarras du choix... Je me dirigeai presque inconsciemment vers la cour, c'était un endroit assez calme et plaisant. Je fus heureux de constater qu'il aussi déserté, la plupart des jeunes préféraient aller à l'intérieur... Il y en avait quelques uns qui profitaient des quelques dernières heures du soleil, c'était bien mon attention aussi.
J'avisai un banc au loin, il semblait assez éloigné du bâtiment en lui même mais aussi des autres élèves, en gentille personne je tenais à ne pas casser les oreilles de tout le monde. Je parcourus donc la distance qui me séparait de ce banc et m'assis un instant pour profiter du calme et du grand air.
Puis je pris mon étui sur mes genoux pour en sortir mon archet puis mon violon. J'installai ma sourdine, mis de la colophane sur mon crin, puis accordais mon violon rapidement avant de jouer. C'était comme une sorte de rituel que je faisais là, me rappelant le temps de mon apprentissage, quand j'étais encore adolescent en Angleterre.

Je me mis à jouer lentement, une douce mélodie qui calmait mes nerfs autant qu'elle tendait mes doigts sur les cordes de mon instrument. Je fermais les yeux, puis me mis en tailleur tout en continuant de jouer, ce n'était pas une manière très orthodoxe de se positionner, mais après tout je m'en fichais, tant qu'un joli son sortait de mon instrument. Finalement, au bout de plusieurs secondes, je finis par me lever, étirant ainsi mes jambes. J'arrivais bientôt à la fin du long morceau lorsque je perçus une voix, celle d'une jeune fille, qui osait apparemment m'interrompre en plein jeu. Je lui lançai un regard noir tout en me résignant et en bâclant ma fin. Jeune fille, tu as gagné, maintenant, j'ai envie de te manger !


Je soupirais en reposant mon violon, il ne m'avait fallu qu'un coup d'œil pour identifier la canette de bière dans sa main et son regard vide qui en disait long sur son état actuel. Super, j'étais donc tombé sur l'alcoolique du campus et j'allais devoir m'occuper d'elle. Non mais sérieusement, comme si je n'avais que ça à faire...

« Oui, je suis en effet l'un de vos professeurs, il vaudrait donc mieux pour vous éviter les marques de familiarité. Un peu de respect. »

Je ne savais pas pourquoi je perdais mon temps à lui répondre, à tous les coups elle ne m'écoutait pas, voire pire : elle ne m'entendait pas !

« Néanmoins, merci pour le compliment. En ce qui concerne le fait de jouer dans la cour, je considère que c'est un espace public pour tous les membres de cet établissement, les cours étant terminés et la plupart des élèves étant rentrés, je pensais ne déranger personne. »

Et surtout ne pas être dérangé, tssk. J'avais envie de partir à présent, mais je ne pouvais décemment pas laisser une jeune fille dans cette état dans l'enceinte même de l'établissement !
Je me rassis sur mon banc, rangeant mon violon en la regardant d'un air suspicieux.


« Je ne crois pas que vous soyez autorisée à boire de l'alcool dans cette cour mademoiselle... »


Dernière édition par James E. Wilson le Dim 17 Oct - 2:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayumi Hizuhara
Admin
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 08/05/2010
Age : 24

MessageSujet: Re: La petite rebelle et le grand musicien [PV : James]   Jeu 30 Sep - 14:13

Ayumi eut un large sourire en voyant la tête désabusé du joueur de violon. Il n'avait pas l'air ravi de se faire déranger et que ce soit aussi voyant sur la tête d'un professeur attirait de plus en plus Ayumi. Enfin, ça lui donnait encore plus envie de l'embêter.

"Vous me trouvez familière? Pourtant votre mépris pour moi est encore plus insultant!"

Ayumi sourit, hautaine et rebelle. Elle avait toujours était respectueuse des professeurs et, plus généralement, des adultes. Pourtant, elle trouvait cet homme qui jouait du violon dans la cour un peu idiot. Savait-il seulement ce qui se passait en ce moment? Des êtres qui menaçaient les élèves normaux? Qui les trahissaient?

*Ou pire, c'en est un.*

L'adolescente avisa le violon. Elle était persuadée d'être venu de son propre chef pourtant… Peut être qu'il l'avait attiré, vil manipulateur, par le biais de la musique… Après tout, ce monde n'avait plus de sens! Ce professeur pouvait bien faire ça, puisque Lun savait lire en elle et Naho contrôler la température!

*Je pourrais être violente, l'insulter… Mais au fond, je suis impuissante face à ça. Complètement impuissante…*

Tout ça l'écœurait. Pour compenser, Ayumi but une autre gorgée de bière, maintenant bientôt vide, et laissa sa s'imprégner de son goût avant d'avaler. Ca allait toujours un peu mieux après, mais jamais complètement.
Son soulagement ne dura que peu d'instants, quand le professeur à la tête pincée lui fit la leçon de morale sur la source de son bien-être.

"C'est sûrement interdit oui… Vous en voulez un peu? Il en reste encore. A moins que vous ne buviez jamais dans les verres des autres."

L'accusation était toute ridicule étant donné qu'elle-même n'avait pas pour habitude de le faire. Seulement, son esprit renfrogné n'était pas prêt à recevoir des piques sans en lancer en retour.

"Vous vous appelez comment? Je vous dirais bien le mien, mais vous vous en servirez pour faire un rapport alors… "

Ayumi commença à se faire un petit film qu'elle appellerait "mon premier rapport". Ouais, elle était vraiment pas d'humeur intelligente…

"Appelez-moi Mayu si vous voulez, ou Inconnue…"

*Mon dieu faîtes que je me bourre suffisamment la gueule ce soir pour oublier la connerie que je viens de dire…*

Ayumi cessa vite ses bêtises car ça ne lui permettrait pas d'embêter trop le jeune homme. Pour l'embêter vraiment et l'empêcher de l'ignorer, il fallait le contraindre à répondre.

"Est-ce que vous pensez à quelqu'un en jouant? Une amie joue de la guitare en pensant à des moments particuliers. Je me demandais si vous c'était pareil ou si vous pensez à votre amoureuse… Ou amoureux."

Elle savait que pour bien des hétéros, supposer qu'ils étaient gays était une insulte. Il restait plus qu'à espérer que ce jeune professeur soit de ce genre là.

"Vous êtes plutôt mignon… Je suis sûre que vous êtes un bourreau des cœurs!"

Ayumi lui sourit, un peu moqueuse. Il était vraiment séduisant, au-delà même du mignon. Tout à fait son style d'homme. Seulement, les amours… Bah c'était pas ça quoi. Elle dénigrait et riait des soit disant amoureux qui se remettaient d'une rupture en deux jours et repartaient à la conquête d'une donzelle soit disant innocente mais qui faisait pareil. Et qui pleurerait ensuite tout ce qu'elle pouvait pour un râteau, faisait croire qu'elle allait se suicider alors qu'un mois après, quelqu'un reconquérait son cœur. L'amour de sa vie, hein…

"Jouez-vous l'amour à travers ce violon? Ou alors la peine?"

Un instant, ses yeux se levèrent face au ciel. On aurait presque cru qu'elle était mélancolique, elle qui n'avait jamais connu l'amour. Ou peut être que si, sans le savoir…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yoru-pension.purforum.com
James E. Wilson

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: Re: La petite rebelle et le grand musicien [PV : James]   Ven 1 Oct - 16:47

Le plus important était pour moi de ne pas craquer. La jeune fille qui se tenait devant moi avait visiblement envie de me pourrir ma fin de journée en bonne et due forme. Non mais franchement, qu'est-ce qu'elle faisait là à me poser des questions idiotes... Elle n'avait pas des leçons à réviser ? Des devoirs à faire... Bon sang, mais qu'elle disparaisse de ma vue au plus vite, par pitié. En plus elle me trouvait insultant ? Bah voyons...

J'avais finalement envie de la planter là, de partir simplement et d'abandonner, mais ce ne serait pas honnête, pas après toutes les choses que j'avais pensé avant de devenir professeur, le fait que je serai différent des autres, que j'écouterai mes élèves, que je ferai attention à eux. Bon, apparemment c'était le jour où j'allais devoir apprendre la patience, je risquais d'en avoir besoin face à cette adolescente post-pubère. Je la regardais lever la canette de bière jusqu'à sa bouche et boire encore, oui, apparemment boire de l'alcool devant un professeur était le cadet de ses soucis, ça devait cacher quelque chose, ou alors je n'avais rien compris à mon adolescence. Elle me demanda alors si j'en voulais... Bon, je ne la comprenais pas, pourquoi elle venait me voir si c'était pour m'attaquer comme ça, elle devait avoir l'alcool mauvais. Je pris la canette de bière en esquissant un sourire.


« Merci. »

Je vidai le contenu de la canette sur le sol en ignorant les protestations de l'adolescente puis jetai l'objet en aluminium dans la poubelle la plus proche. Une chance que j'ai toujours été bon au basket.
Évidemment, ce geste l'avait mise de mauvaise humeur, mais je n'avais pas envie qu'elle passe à l'étape suivante qui consisterait sûrement à me vomir dessus. Il ne lui fallut malheureusement que peu de temps pour se calmer en me demandant mon nom, me précisant ensuite qu'elle ne me donnerait pas le sien, puis me donnant une sorte de surnom. Je soupirais avant de répondre.

« Si j'avais envie de te créer des ennuis, je serais déjà en train de t'amener à un de mes supérieurs et puis, je finirais par savoir qui tu es alors, cacher ton nom ne sert pas à grand chose, mais ton jeu est intéressant. Appelles-moi Inconnu numéro deux, ça t'évitera de sécher mes cours à l'avenir. À moins que tu m'oublies après... »

Ah, les méfaits de l'alcool... Je passais une main dans mes cheveux avant de regarder le ciel, des nuages commençaient à apparaître, c'était mauvais pour nous deux ça, même si une bonne douche permettrait peut-être à cette "Inconnue" de décuver un peu.
Elle recommençait à me poser des questions, je l'écoutais en la regardant dans les yeux avec mon regard sombre incontrôlable. Je la laissais parler, je la laissais faire pour éviter de la faire stopper d'une façon que je regretterais. Je baissais mon pouvoir au maximum, elle ne devait pas savoir, mais heureusement je réussis à me contrôler jusqu'au bout. J'observais cette jeune fille, je n'arrivais pas à comprendre quel était le but de tout ça, quel était son but à elle, pourquoi être venu me voir, en me posant toutes ses questions, en enfreignant le règlement ? C'était assez ridicule tout de même comme situation... Bon, puisqu'elle voulait des réponses, elle allait en avoir.


« Je suis veuf, je joue pour oublier que je le suis. Alors on peut dire que je joue les deux, je suppose. »

Ma gorge était serrée. Elle avait voulu m'embêter c'est ça hein ? Eh bien elle avait réussi, mais je ne comptais pas le lui montrer, je voulais rester plus fort qu'elle.

« Et toi ? Pourquoi bois-tu de la bière alors qu'apparemment tu ne tiens pas l'alcool ? Aurais-tu quelque chose à oublier ? »

Si c'était le cas, je serai le grand méchant de l'histoire et je pouvais l'être, ça ne me faisait ni chaud ni froid, ou plutôt si. Cela m'ajoutais du froid, énormément. Je la regardais, histoire de voir si je l'avais touchée. Puis je finis par m'en vouloir. J'allais peut-être trop la toucher, surtout à cause du taux d'alcool dans son sang et de son jeune âge. Je me préparais donc à sa réaction...


Dernière édition par James E. Wilson le Dim 17 Oct - 2:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayumi Hizuhara
Admin
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 08/05/2010
Age : 24

MessageSujet: Re: La petite rebelle et le grand musicien [PV : James]   Sam 2 Oct - 18:16

Ayumi écarquilla les yeux en voyant la boisson se répandre sur le sol. Mais qu'est-ce qu'il lui prenait, à cet idiot? Elle avait déjà pas beaucoup d'argent de poche! Sa précieuse bière qui l'empêchait de déprimer -ou pas…

"Mais! Ca va pas la tête? Bon sang, si vous vouliez pas en boire, laissez-moi la finir au moins!"

En fait, elle savait parfaitement ce qu'il lui prenait, au bon samaritain. Non, je ne fais pas de rapport mais je t'empêche de boire, parce que j'ai un sens inné de la justice et qu'il m'est insupportable de laisser les élèves tranquilles! Comme si ça suffisait pas de leur casser les oreilles avec son violon…

*Bon, je le tue à main nues ou je l'égorge avec son violon?*

Ayumi réprima l'envie de le frapper. Il serait beaucoup moins gentil avec elle si elle faisait preuve de violence, même si l'envie d'être virée de l'école était tentant. Le professeur l'empêcha de penser trop, énonçant une phrase qui devait être la plus longue de sa vie.

"Votre raisonnement est étrange… Il me suffirait de voir votre tête en cours pour fuir en courant. Ou pour ne plus venir à vos prochains cours, Mr Inconnu numéro 2. Enfin, j'imagine qu'il serait préférable que je sèche vos cours plutôt que de les suivre."

Ayumi eut un sourire menaçant, qui signifiait bien ce qui était visible. C'était elle qui avait déclaré la guerre mais en y répondant, Inconnu numéro 2 devait forcément s'attendre à des représailles.
D'ailleurs, certaines fois la vengeresse faisait exprès de ne pas passer à l'action, juste pour alimenter la paranoïa de sa victime. Ayumi eut une pensée pour Kaoru, qui en avait bavé avec elle. Elle ne regrettait absolument pas ce qu'elle lui avait fait subir et elle ne le regretterait jamais.

Quand le professeur répondit aux questions indiscrètes de la jeune fille, elle regretta d'avoir trop ouvert la bouche, alors qu'elle n'avait pas vraiment eu envie de le blesser sur le coup.
Ainsi, il était veuf. Si jeune, c'était plutôt étonnant. Aussi étrange que cela puisse paraître, Ayumi ne se sentait pas vraiment coupable de lui avoir rappelé un fait établi. Un peu peinée peut être. Surtout que la question que lui posa lui rappela à elle-même ce qu'elle cherchait également à oublier. Sans y arriver pour autant.

"Mes condoléances, même si ça n'est d'aucune utilité à présent. Quant à savoir pourquoi je bois et bien…"

*Ca ne vous regarde pas.*

Oui, elle pourrait le dire. Mais elle pourrait aussi se confier. Ce qu'elle n'avait pas encore fait. Mais était-ce seulement possible? Les murs n'avaient-ils pas des oreilles? Et puis… Ca n'avait jamais amené à rien de se confier, ça ne faisait pas tarir ses larmes invisibles. Mais après tout… L'alcool non plus.

*Et puis… Il ne connait même pas mon nom, après tout.*

Ayumi chercha un instant ses mots. C'était idiot, peut être valait-il mieux qui ne comprenne rien après tout.

"Je bois pour oublier que je suis conne. Que j'ai fais une bêtise que même enfant, je n'avais pas commise. Et aussi pour oublier que mes certitudes se sont écroulées et que je finirais mes jours surveillés. Ouais, on peut dire ça comme ça."

Elle eut un sourire torve.

"Ca ne vaut pas vos malheurs à vous, j'imagine. Mais ça me fait suffisamment chier pour finir comme une loque."

Ayumi observa Inconnu numéro 2, qui la fixait intensément.

"Enfin, moi c'est différent de vous. J'y pense même en buvant alors que vous vous oubliez en jouant. Je vous envie un peu. Peut être que c'est pour ça que je vous ai dérangé!"

Elle rit un peu devant le ridicule de ses paroles, et l'alcool aidait pas mal. Elle reprit vite contenance néanmoins et elle s'assit sur le banc à côté d'eux.

_________________


Dernière édition par Ayumi Hizuhara le Dim 3 Oct - 10:25, édité 1 fois (Raison : non mais "oublier pour oublier", ça le faisait pas quoi... Alors hop, edit!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yoru-pension.purforum.com
James E. Wilson

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: Re: La petite rebelle et le grand musicien [PV : James]   Dim 3 Oct - 10:53

Je réussissais à me ficher d'à peu près tout ce qu'elle me disait. C'était une bonne chose. Qu'elle me prenne pour un fou, un idiot parce que je l'avais privée de sa bière ? Peu importe. Qu'elle me dise qu'elle sécherait mes cours rien qu'en voyant ma tête ? Peu importe. Qu'elle me demande pourquoi je joue ?... Bon, c'était ce que l'on appelle une faille dans mon système. Je lui appris simplement que j'étais veuf donc, étant incapable de lui mentir pour cette chose. Elle m'adressai ses condoléances ? Oui elle avait raison, cela ne servait à rien, mais ça me rassurait qu'elle pense quand même ce genre de choses, elle n'avait finalement peut-être pas l'intention de me pourrir la soirée.
J'avais par contre décidé de lui renvoyer la balle. Je ne savais pas si c'était de la pure méchanceté de ma part, une envie de lui planter un ou deux couteaux dans la poitrine. Je suppose que je voulais simplement savoir pourquoi elle buvait comme ça, pourquoi elle voulait être saoule. Je crois que oui, c'était simplement ça, je devais vouloir l'aider. J'espérais ne pas être réellement passé du côté obscur, ne pas vouloir vraiment lui faire du mal...

Elle mit un peu de temps à me répondre, j'avais touché juste alors et étonnement, ça me fit mal. C'était une fille qui devait se sous-estimer, car derrière cette barrière d'alcool, je pouvais bien voir que non, elle n'était pas "conne" comme elle le disait. Au contraire, elle semblait assez alerte, sinon elle n'aurait pas voulu boire pour oublier ce qu'elle avait fait quelque chose... Je me demandais bien ce qu'elle avait pu faire pour qu'elle se mette à penser ainsi... Puis autre chose prit mon attention. Surveillée ? À son âge ? Pourquoi ? Qu'est-ce que cela pouvait bien vouloir dire ? Encore une chose que j'ignorais, décidément elle ne semblait pas prête à me servir ses raison sur un plateau d'argent et en fait je pouvais le comprendre. J'étais un professeur après tout et cette position commençait à me déplaire réellement... Elle m'enfermait un peu plus dans des carcans, les gens changeaient leurs attitudes lorsqu'ils savaient que j'étais professeur... Je n'étais pas libre et ça me déplaisait.

L'inconnue me dit que ses problèmes ne valaient pas les miens. Elle se trompait. Moi j'essayais de passer à autre chose car une partie de ma vie était terminée, elle, elle était en plein dedans. C'était bien différent, pas quantifiable. Ce qui me surprit fut ce qu'elle ajouta ensuite. Elle m'enviait ? Elle pensait vraiment que je pouvais oublier si facilement ? Comme elle se trompait... Enfin, je n'avais pas envie de m'épancher encore sur mon cas. J'étais l'adulte, je devais protéger l'adolescente contre elle-même. Elle s'assit à côté de moi après avoir ri un peu. Je baissais la tête, en réfléchissant. Au moins elle s'était calmée et semblait plus sympathique envers moi.


« Je ne pense pas que tu sois idiote, si tu regrettes à ce point cette bêtise alors elle te sera sûrement pardonnée. Je ne pense pas que tu aies tué quelqu'un ou que tu aies pu faire quelque chose de vraiment très grave, non ? Alors le mieux est d'essayer de régler cette histoire. Tu sais, on n'oublie jamais ce qui nous fait du mal. »

Je ne bougeais pas, mon dos était courbé, j'étais un peu en avant et je regardais le sol devant moi en parlant d'une voix qui se voulait douce et claire.

« Boire ne résoudra pas tes problèmes, je t'ai séparé de ta bière parce que je ne voulais pas te voir malade, tu aurais souffert encore plus... Se faire du mal physiquement, lorsqu'on a mal à l'intérieur, c'est pire que tout. À ton âge, tu dois avoir des amis, tu devrais aller vers eux, ils t'écouteront et t'aideront. »

Je fis une pause, qu'est-ce que j'aimerais, moi, avoir des amis...

« Et puis si jamais tu n'en trouves de confiance, tu peux toujours aller voir des vieux qui jouent du violon dans la cour. Ils ont l'air méchants et idiots mais au final ça leur fait pas de mal de voir que le monde tourne sans eux et qu'ils peuvent être utiles à quelque chose. »

Je me rasseyais correctement sur le banc, mon dos sur le dossier et soupirais doucement. Je ne savais pas au final si j'essayais de la rassurer ou de me rassurer. Peut-être un peu des deux. Mauvais professeur que j'étais. Mauvais tout court...


Dernière édition par James E. Wilson le Dim 17 Oct - 2:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayumi Hizuhara
Admin
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 08/05/2010
Age : 24

MessageSujet: Re: La petite rebelle et le grand musicien [PV : James]   Lun 4 Oct - 19:23

La jeune adolescente fronça les sourcils en entendant les paroles du jeune professeur : essayait-il de… L'aider? De la conseiller? C'était ridicule! Elle l'avait clairement dérangé, il avait été sérieusement ennuyé et maintenant qu'il l'avait laissé se plaindre, il s'était attendri?

*De la pitié, en fait.*

Ayumi eut une légère grimace. Elle avait horreur de ça, ça la rendait encore plus minable. En plus, les arguments du professeur étaient comme des couteaux dans le dos!

*Des amis… Je n'en ai plus qu'une. Mais je ne peux pas même pas me confier à elle.*

Ayumi lâcha un soupir.

"C'est sur, je n'ai tué personne, je n'ai pas braqué de banque… Mais ce monde cache plus de secrets que je ne l'avais cru et au final, je me suis confrontée à une vérité que je ne devais pas découvrir."

La jeune fille se rembrunit, l'alcool l'avait rendue longue à la détente mais elle se rendait compte que la source principale de son malheur était juste devant elle.

"Enfin, j'imagine que vous comprenez où je veux en venir vu que vous êtes comme eux…" Elle avait appuyé sur le eux, pour expliciter ses propos."Il y a bien une raison pour laquelle vous êtes venu dans ce pensionnat, n'est-ce pas, Mr Inconnu numéro 2?"

Son ton se fit plus dur. C'aurait été si simple si cela n'avait pas été un secret. Si elle avait appris ça plus jeune, elle aurait eu moins de mal à l'assimiler, à l'accepter. En plus, elle aurait su à quoi s'attendre.

*Lun, Lindsay, Gojyo, Naho… J'aurais su qui ils étaient vraiment. Et je ne me serais pas laissé amadouer si facilement par Lun…*

Mais au final, ce n'était que regrets et reproches. Elle n'était pas capable de formuler aucune solution à peu près correcte. Et puis ce professeur ne lui avait rien fait.

*A part vider ma précieuse canette…*

Mais ces pensées n'étaient qu'ironie : elle n'était absolument pas accro, ni même vraiment fan de la bière. Ayumi avait juste estimé que c'était sa seule issue actuelle et voir cette dernière se répandre au sol l'avait révolté.

"C'est un trop gros poisson pour moi. J'ai voulu trop en savoir et je m'en suis pris plein dans la gueule!"

Ayumi eut un léger fou rire, plus nerveux qu'autre chose. C'était pitoyable d'en venir à se confier à l'un de ses êtres surnaturels…

*Peut-il contrôler les gens? Ou les faire brûler ou je sais quoi…*

Y penser faisait renaître en elle cette terreur insoluble, brisant son rire pour la faire pâlir. Ce pensionnat pouvait la transformer en pantin à leur guise, l'enfermer dans une prison invisible… Et elle y avait vécu deux ans. Elle avait considéré ce lieu comme son nouveau foyer, jamais pressée de rentrer chez son père ou sa mère le week-end.

Mais tout cela n'avait été qu'une illusion. Jamais elle n'avait douté que, dans son dos, des gens s'entraînaient à rendre leurs pouvoirs encore plus puissants. Que son meilleur ami apprenait à mieux lire en elle, pour mieux la manipuler.

« Evidemment que ça m’amuse, tu crois quoi ? Tu sais pas que j’adore me foutre de la gueule des gens ? Surtout de la tienne ! Qu’est-ce qu’il y a ? Tu es en colère ? Tu te sens trahis ? Ah ! C’est trop marrant ! Tu t’attendais à quoi ? »
Les paroles de Lun lui revinrent en mémoire et elle sentit sa gorge se serrer. Ce n'était pas bon, tout ça. L'alcool la rendait plus sensible que prévu.

*Dire que la dernière fois que j'ai pleuré, c'était il y a huit ans quand je m'étais cassé le genou… Et maintenant, j'en viens à pleurer parce qu'on s'est foutu de moi, alors qu'avant j'aurais été la première a renvoyé les coups avec la pire des vengeances.*

Il fallait croire qu'avoir des amis, ça ramollissait. Une bonne raison pour ne plus en avoir.

Perdue dans ses pensées, Ayumi en avait presque oublié Inconnu numéro 2. L'adolescente releva les yeux vers lui et eut un léger sourire :

"C'est quand même gentil de chercher des solutions, hein. Mais je crois que c'est aussi inutile que de présenter ses condoléances finalement."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yoru-pension.purforum.com
James E. Wilson

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: Re: La petite rebelle et le grand musicien [PV : James]   Dim 10 Oct - 1:52

La jeune inconnue me semblait maintenant plus proche de moi. Je devais paraître hypocrite et je l'étais sûrement un peu, mais je ne pouvais pas y faire grand chose. Je ne pouvais que l'écouter et essayer de répondre des choses cohérentes qui pourraient aider la jeune fille. Elle parlait de secrets, des secrets dans le monde... Une vérité qu'elle ne devait pas découvrir. Oh bon sang. J'avais peur de trop bien comprendre de quoi elle parlait. Était-elle une sans pouvoir qui avait découvert que ce genre de choses existaient ? Je ne pouvais même pas imaginer l'état d'esprit dans lequel elle se trouvait. Elle devait se sentir seule au milieu des monstres, elle devait avoir peur aussi. Était-elle venue vers moi pour ça ?... Je ne le saurais sans doute pas. Elle se mit à m'accuser alors d'être "comme eux". Oui, j'étais un monstre moi aussi. Je soupirais, j'avais soudainement envie de boire moi aussi. Je ne le montrais pas et préférais écouter ce qu'elle avait à me dire. Je retins plusieurs soupirs, quand finalement elle me dit que ce que je faisais n'était pas plus utile que ses condoléances. Je décidais alors de reprendre la parole calmement.

« Oui. Je suis un monstre, je ne sais pas ce que tu sais exactement, mais j'ai un pouvoir. Je me souviens que ma mère avait peur de moi et de ce que je pouvais faire pendant longtemps. Pourtant... Ce n'est pas quelque chose d'agressif. »

Je marquai une pause. Elle allait me détester... Je déglutis, gêné, avant de reprendre.

« Je voudrais t'expliquer que ce n'est pas parce que nous sommes différents que c'est une mauvaise chose. Beaucoup de personnes souffrent à cause de leur pouvoir. Je ne peux pas me mettre à ta place, puisque même mon père était une sorte de... mutant. »

Toutes sortes d'appellations pour une même finalité... Ce n'était pas facile, je ne voulais pas la brusquer, je voulais qu'elle puisse voir que je ne pourrais pas lui faire du mal... Mieux, que je pourrais l'aider et la défendre puisqu'elle avait un statut si particulier.

« Je sais que tu n'aurais pas dû apprendre que ces pouvoirs existaient, mais puisque c'est trop tard, saches que j'en tiendrai compte. S'il arrive quoique ce soit, tu pourras venir me trouver. Au début j'ai pensé que tu n'étais qu'une petit impertinente, mais maintenant je comprends ton état d'esprit... »

Je soupirais, las. Alors que cet endroit apportait réconfort pour beaucoup, il devenait sujet d'inquiétude pour la jeune inconnue. Peut-être auraient-ils mieux fait de ne pas les mélanger, pour éviter que ce genre de chose arrive. Je me souvins des épreuves de bizutage qu'il y avait à Cambridge, que pouvaient-elles être ici ? J'eus un frisson et fronçai les sourcils. Je ne pouvais pas la laisser comme ça !

« Mon pouvoir, c'est de faire apparaître des choses. Mon père m'appelait "l'illusioniste"... Grâce à ce pouvoir je peux faire apparaître n'importe quoi, pour tout le monde, pour toi, ou simplement pour moi. Je n'ai jamais utilisé ce pouvoir à mauvais escient et en ce moment il se retourne souvent contre moi, me faisant voir des choses que j'aimerais éluder. »

Je n'osais plus tourner la tête pour regarder la jeune fille, je surveillais simplement le fait qu'elle ne s'en aille pas en courant.

« Je pense sincèrement que chaque pouvoir a ses bons et ses mauvais côtés. Je peux créer un endroit agréable où tu te sentirais bien, ou un enfer où tu pourrais devenir folle. Je suis désolé de dire ça, mais c'est la vérité. »

Et j'avais presque honte de mon pouvoir à présent. Je songeais qu'une démonstration serait la meilleure façon de montrer mon pouvoir sous de bons hospices mais je n'avais pas envie de faire peur à cette jeune fille. Elle devait déjà être assez effrayée comme ça de savoir que j'étais un de ces monstres.

« Je m'appelle James Wilson. »

Autant reprendre les choses comme ça. J'esquissai un bien faible sourire alors que devant moi vint se profiler la silhouette de Amélie, ou était-ce celle de Naho ? Je fermais mon pouvoir pour que cette vision ne soit visible que pour moi et j'attendais que la jeune fille me demande de lui montrer ce que je savais faire. Du moins, c'était la réaction que j'imaginais et que j'espérais. J'avais tellement peur qu'elle s'en aille maintenant, elle avait besoin de quelqu'un. Je savais que ce n'était pas de moi mais je ne pouvais décemment pas la laisser comme ça sans rien faire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayumi Hizuhara
Admin
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 08/05/2010
Age : 24

MessageSujet: Re: La petite rebelle et le grand musicien [PV : James]   Dim 17 Oct - 12:54

Ayumi écouta le discours du professeur tête baissée. Au fur et à mesure qu'il parlait, elle serrait les dents et fermait ses poings douloureusement. Tout son être se contractait, prêt à lâcher tout ce qu'il gardait au creux de son esprit qu'elle n'avait pas eu l'occasion de dire.

Monstre, mutant… On aurait dit que ce professeur s'excusait en utilisant ses termes. Mais il affirmait que les pouvoirs avaient aussi de bons côtés. Mais pour qui? Pas pour ceux qui les subissaient, en tout cas!
James, vu qu'il s'appelait ainsi, lui avoua la terreur qu'éprouvait sa mère à son égard mais aussi de son père, ayant les mêmes pouvoirs que lui. Alors ce dernier avait caché ses pouvoirs à sa propre femme? Comment auraient-ils pu être unis autrement, si cette femme avait eu peur de lui?

*Ils ne savent vivre que dans le mensonge. On leur interdit de dévoiler la vérité mais on leur apprend à contrôler leurs pouvoirs, pas à les neutraliser!*

Ayumi ne saisissait pas, qu'en cet instant, l'Etat était aussi submergé qu'elle. Qu'il n'avait pas les solutions toutes faites, comme ils le paraissaient pour sauver les illusions. Finalement, Ayumi prit la parole, d'une voix complètement atone. Parce qu'autrement, elle n'aurait pas su se contrôler.

"Tu dis n'avoir jamais utilisé les pouvoirs à mauvais escient. C'est bien. Mais n'as-tu jamais pensé que les autres n'étaient pas comme toi? Qu'ils s'estimaient supérieurs aux autres? Après tout, que sommes-nous contre vos pouvoirs? Comme si on était capable d'empêcher tes illusions, d'arrêter un feu… D'empêcher quelqu'un de s'insinuer dans son esprit. Si ta mère a eu peur de toi, c'est parce qu'elle ne pouvait pas t'empêcher de faire ce que tu voulais!"

Ses ongles s'enfoncèrent. Ayumi releva son visage vers celui de James, tremblante de rage et de désespoir.

"Pourquoi ce pensionnat vous apprend-il à maîtriser vos pouvoirs et non à ne pas s'en servir? C'aurait été plus simple pour tout le monde!"

Sa voix se brisa. Elle n'en pouvait plus de cet endroit, de ce truc si énorme que même enfant elle n' aurait pas cru. Elle voulait juste partir d'ici.

"J'en ai marre de tout ça…"

Lentement, une larme roula sur sa joue. C'était pitoyable mais elle n'arrivait pas à se retenir. De honte, elle cacha sa tête dans ses mains. Ca n'empêcha pas une autre larme de couler et ses épaules de tressauter pour retenir avec peine un sanglot. Tout ça, c'était beaucoup trop. Complètement inconsciente, elle n'avait pas réalisée ce que ce serait d'apprendre la vérité. Mais à l'époque, rien ne lui paraissait plus important. Sa soif de savoir, sa curiosité inébranlable la poussait à aller toujours plus loin, sans se soucier des conséquences.

Et voilà où elle en était arrivée, sanglotant, avec trop d'alcool dans le sang devant un homme capable de lui faire voir les plus grandes merveilles et les pires horreurs.

Elle était à bout.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yoru-pension.purforum.com
James E. Wilson

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: Re: La petite rebelle et le grand musicien [PV : James]   Ven 22 Oct - 23:04

Je l'écoutais, sans broncher. Je comprenais un peu mieux ma mère a présent, la pauvre, entourée de deux monstres... Mon père avait réussi à ne plus jamais utiliser son pouvoir devant elle, mais elle savait qu'il était différent, que je l'étais aussi... Sauf qu'elle avait dû supporter mes oeuvres. Je crois que la fois où je l'avais la plus effrayée c'était lors de mon onzième halloween, pour lequel j'avais décidé de créer les monstres les plus horribles possibles et ainsi avoir la meilleure décoration du quartier et peut-être même de la ville, sauf que c'était trop. Finalement j'avais été puni pendant toutes les vacances qui avaient suivies... Jusqu'à Noël au final, je devais me maîtriser le plus possible, pour ne plus que mes illusions apparaissent, j'étais tombé dans les pommes, en ouvrant mes cadeaux, étant trop fatigué à cause de la pression que je subissais. Je pensais que mon pouvoir était un crime, une mauvaise chose... Puis ma mère s'était excusée, les larmes aux yeux. Oui c'était une époque très étrange de ma vie.

J'écoutais la jeune inconnue, j'essayais de la comprendre. Elle n'allait pas bien, mais je ne voulais pas qu'elle tombe dans une sorte de discrimination de ceux qui ont des pouvoirs. Je voulais qu'elle comprenne que, au final, cela ne changeait pas grand chose. Avec ou sans pouvoirs, les humains font partie de la pire espèce.


« Si tu décides de me tuer, tu pourras prendre un fusil et je mourrais de mes blessures. Quelqu'un possédant le pouvoir du feu pourra vouloir te brûler vive sur le coup de la colère, comme tu pourrais le vouloir, sauf que s'il n'apprend pas à se maîtriser, son pouvoir pourra le faire à sa place.

Nous ne sommes pas plus dangereux que vous, nous sommes simplement nés différents, avec un pouvoir et c'est si nous n'apprenons pas à le maîtriser que cela peut devenir dangereux. Il est en nous, on ne peut jamais s'en défaire car crois-moi j'ai essayé de devenir comme toi, seulement mon pouvoir me rattrapait constamment. Je ne sais pas à qui tu as eu affaire pour dire tout cela, mais avec ou sans pouvoir, cette personne t'aurait fait du mal. »


Ma voix était calme, douce, je parlais bas mais assez distinctement pour qu'elle capte mes mots sans problème. Je me demandais si elle parviendrait à me croire, à me faire confiance, à ouvrir les yeux. Elle voyait tout ceci comme un maux de l'humanité, pour moi c'était mon quotidien. J'avais tourné et retourné le problème dans ma tête, j'avais demandé à mon père pourquoi il m'avait enfanter, pourquoi m'avoir laissé vivre sachant que j'étais un monstre. Il me dit que je n'étais pas un monstre, que j'avais des dons, j'étais doué en musique, en langues puis j'avais le pouvoir de faire voir aux gens des choses qui n'existent pas. Je savais que jamais je n'oserai m'en servir pour faire quelque chose de mal, cela voudrait simplement dire que mon pouvoir m'aurait échappé, donc j'avais besoin de le maîtriser, toujours plus. Oui, je pensais réellement que ce pensionnat était la meilleure chose qui puisse arriver à toutes ces personnes et la présence de jeunes comme Ayumi ne pouvaient que les aider à redescendre sur terre et à ne pas se penser toujours supérieur. Elle avait dû croiser quelqu'un d'arrogant qui s'était joué d'elle... Je fouillais dans mon esprit, je ne voyais pas grand monde parmi mes élèves capable de faire une chose pareille. Je fouillais dans la poche intérieur de ma veste et en sortit un paquet de mouchoir que je tendis à la demoiselle, touchant sa main avec histoire qu'elle puisse le prendre. Je me doutais qu'elle avait honte de se mettre dans cet état, sinon elle ne se cacherait pas, alors je décidais de respecter cela et de ne rien ajouter pendant un moment, pendant qu'elle se laissait aller.

« Si tu veux tu pourras venir avec moi dans un cours d'élèves spéciaux, pour voir comment ils essaient de maîtriser leurs pouvoirs. Cela ne veut pas dire l'empêcher d'agir mais simplement, l'utiliser quand on le souhaite. Ils font énormément d'efforts pour cela, pour ne pas se montrer face à vous. Il y a eu un dérapage puisque tu es au courant, mais c'est ce que nous essayions d'éviter. Pour faire en sorte que tout le monde puisse vivre plus ou moins en paix. »

Je fis une pause dans mon monologue, espérant qu'il ne devienne pas soliloque et sentit une petite brise caresser ma nuque.

« On ferait mieux de rentrer, le fond de l'air est frais. Il ne faudrait pas que tu attrapes froid. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayumi Hizuhara
Admin
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 08/05/2010
Age : 24

MessageSujet: Re: La petite rebelle et le grand musicien [PV : James]   Dim 14 Nov - 17:52

Ayumi écouta lentement le discours du professeur, s'y concentrant pour ne pas avoir à pleurer à nouveau. Si elle n'était même pas capable de se ressaisir alors elle touchait le fond du gouffre. Seulement les paroles de James lui laissaient un goût amer dans la bouche.

"Seulement, le port d'armes est interdit au Japon pour éviter cela alors que vous…"

Mais ces mots avaient moins de conviction, comme si ses pleurs avaient vidé toute son énergie. C'était peut être le cas, d'ailleurs. La terreur qui l'avait prise depuis la découverte des pouvoirs laissaient place à une lassitude, un dépassement intense.
Quelque chose de doux effleura sa main qui couvrait son visage. Eloignant ses doigts qui gênaient sa vue, elle aperçut le mouchoir que lui tendait James. Elle se sentit encore plus honteuse, si cela était possible. Et un peu humiliée, il fallait l'avouer. La douce voix du professeur s'éleva dans la cour silencieuse. Le contenu choqua Ayumi :

"Les regarder… Maîtriser leurs pouvoirs?"

Sur le coup, Ayumi n'eut même plus envie de pleurer. Le souvenir de la transformation de Natsuko en… Être démoniaque hantait encore ses songes et il voulait qu'elle ré-assiste à ça?

*Impossible!*

Seulement… Seulement Lorelei avait bien précisé que son colocataire était particulier. Mais c'était la première personne à pouvoir qu'elle venait juste de rencontrer et elle ne savait pas ce que spécial voulait dire. Après tout, c'était peut être juste des paroles pour la rassurer… Après tout, vu l'état dans lequel elle était sortie du bureau de la directrice, cette dernière n'allait pas se douter qu'elle retenterait l'expérience, hein?

Mais quand Lun s'insinuait dans son esprit, elle ne sentait absolument rien. Si cette pensée était loin de la rassurer auparavant, cette fois elle le voyait comme une chose positive : peut être qu'en fonction des pouvoirs, il n'y avait pas d'aura glacée qui vous pétrifiait… Mais comment en être certaine?
Son regard se tourna vers James. Il était illusionniste. Si jamais…

"Hum, je veux bien essayer. Mais avant j'ai besoin de vérifier quelque chose…"

Rien que le dire n'était pas évident. Mais Ayumi, dégoûtée de se voir si trouillarde, sortit d'une traite :

"J'aimerais que tu me fasses subir une illusion avant. "

Elle aurait aimé pensé "tu vois, c'est pas si compliqué!" sauf qu'en fait ça l'était. Mais au moins, étant du genre à n'avoir qu'une parole, elle ne pouvait pas se rétracter.

"Surtout pas quelque chose d'impression, je suis assez traumatisée comme ça pour quelques mois… Un truc tranquille pour mon cœur. Genre, me faire apparaître quelqu'un qui existe pas, me donner l'impression que j'ai un tee-shirt vert alors qu'il est bleu… Je connais pas l'étendue de tes pouvoirs, je dis ça comme ça mais tu vois à peu près ce à quoi je fais allusion?"

*Pitié, tout sauf un dragon…*

James évoqua le temps frisquet. Elle ne s'était même pas rendue compte que le vent s'était rafraîchi. En même temps, elle n'avait pas eu trop le temps de penser à des choses aussi futiles.

"C'est vrai qu'il fait froid, je veux bien rentrer à l'intérieur."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yoru-pension.purforum.com
James E. Wilson

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: Re: La petite rebelle et le grand musicien [PV : James]   Dim 21 Nov - 17:37

J'essayais simplement de la convaincre, de ma bonne foi, de la bonne foi de 99% des élèves de cet établissement. Seulement je pensais bien qu'elle n'allait pas prendre tous mes dires comme étant la sage parole, mais je gardais tout de même espoir, j'espérais qu'elle finirait par comprendre tout cela, mais ce n'était pas gagné. Elle m'expliqua que les armes étaient interdites au Japon. Je soupirais, oui, c'était vrai, néanmoins on pouvait toujours les utiliser, de plus, les personnes avec pouvoirs étaient aussi sévèrement jugées si on apprenait qu'elles avaient fait usage de leur pouvoir à mauvais escient. Enfin, je n'avais pas envie de l'enfoncer, au ton de sa voix, je sentais bien qu'elle commençait à réfléchir. J'essayais moi aussi de trouver une sorte de terrain d'entente, je ne voulais pas non plus l'oppresser ou lui montrer avec force et véhémence que elle avait tort, et que moi j'avais raison. Au final, je pense que nous avions tous les deux raison, seulement j'étais le monstre, l'habitué et elle avait simplement peur. Je lui tendis un mouchoir avant de continuer mon discours, puisqu'elle avait peur, autant lui montrer réellement ce qu'il se passait. Cela ne servait à rien de lui mentir, alors je lui proposai de venir dans ma classe, avec les élèves spéciaux. Elle semblait choquée de ma proposition pourtant honnête.

« Oui, je donne des cours de psychisme, les pouvoirs qui ont avoir avec l'esprit, car c'est le domaine pour lequel je puisse donner des conseils. »

J'attendais qu'elle me dise oui ou non, mais je pensais qu'elle ne serait peut-être pas en mesure de me répondre tout de suite. Elle me regarda à nouveau, je lui souris légèrement, j'étais content qu'elle ne pleure plus, même si je savais hélas que cela ne voulait pas forcément dire qu'elle se sentait mieux. Elle me dit qu'elle voulait d'abord vérifier quelque chose.
Elle semblait hésiter, je détournais le regard afin de ne pas avoir à l'observer comme un pédophile le ferait avec sa proie, déjà que cela pourrait paraître soupçonneux de voir un professeur, même jeune, assis à côté d'un élève, je ne voulais pas en rajouter.
La jeune fille me demanda de créer une illusion pour elle, j'avais reformulé dans ma tête, car je ne pensais jamais « faire subir une illusion » c'était bien trop violent pour moi, même si cela était sans doute vrai... Je manipulais les gens, il y avait simplement plusieurs façons de le dire, mais le résultat demeurait le même.

L'inconnue me surprenait par son franc-parler, jamais je n'aurais osé m'adresser ainsi à un professeur à son âge... Enfin, c'était une autre époque... Et apparemment, elle en avait trop gros sur le cœur pour se rappeler des formules de politesse. Elle voulait une illusion qui ne la surprenne pas... Je retins un soupir, pourquoi voudrais-je lui faire peur ? Ah décidément, elle était vraiment trop sur ses gardes cette jeune fille. Je lui proposai indirectement de rentrer et elle accepta, bon point pour moi. Je serrai la poignée de mon étui entre les doigts de ma main gauche et me relevais. J'attendais la jeune fille pour rejoindre la première porte d'entrée visible du bâtiment, cela nous mènerait quelque part dans les couloirs.
Je marchais à plus d'un mètre de la jeune élève, j'étais toujours à ses côtés, mais on pourrait voir que je gardais mes distances, il valait mieux ça que d'entacher ma réputation... Déjà que l'histoire avec Naho...


« On sera quand même mieux au chaud. »

J'ouvris la porte pour laisser passer mon élève puis entrai à sa suite. J'avisais une salle de classe libre, ce couloir était celui des classes de sciences... Je regardais l'emploi du temps, la classe était normalement libre pour l'heure, je tapais le code rapidement afin que la jeune fille ne puisse pas le voir, en fait ils étaient changés toutes les semaines, mais on ne savait jamais...

« Voilà nous n'avons qu'à rester ici. »

Je posais mon violon et mon manteau sur le bureau avant de me saisir d'une chaise pour me mettre en face à face avec mon élève. Je posais mes mains sur la table avant de sourire à la jeune fille histoire de la rassurer.

« Je vais commencer... »

Elle ne voulait pas avoir peur, je ne pouvais donc pas tout transformer, ni faire apparaître un truc incroyable. Je levais mes mains de la table, découvrant sous ma main droite une statue en bois représentant un chaton jouant avec une pelote de laine, sous ma main gauche le même chaton, cette fois-ci sous forme de peluche.

« Je peux faire apparaître tout ce qui me trotte dans la tête, je peux modifier des paysages, je peux te montrer des personnes qui pourront répondre à tes questions... Voici mon pouvoir... »

Le problème était quand les choses normalement fausses devenaient réelles... Cela ne m'était arrivé qu'une fois, un jour où j'étais en colère, une illusion m'avait entaillé la peau, sans que je comprenne comment... Mais cela ne devrait pas recommencer, maintenant je savais la plupart du temps me maîtriser, même si c'était moins flagrant depuis la mort de Amélie. Je fis disparaître mes deux illusions pour regarder la jeune fille, avec un air inquiet.

« Ça va ? »

L'inconnue était tellement plongée dans ses pensées qu'elle me surprenait parfois par son sérieux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayumi Hizuhara
Admin
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 08/05/2010
Age : 24

MessageSujet: Re: La petite rebelle et le grand musicien [PV : James]   Dim 12 Déc - 11:27

Ayumi ne remarquait pas les distances que semblait prendre le professeur avec elle. La peur qui la tenaillait l'empêchait de trop y réfléchir, de même que les conventions qui régissaient ce monde.
Les conventions ne prenaient pas en compte l'existence des pouvoirs.

L'adolescente suivit James dans les couloirs de l'école déserts à cette heure-ci. En fait, elle ne comptait pas rencontrer quelqu'un qu'elle connaissait. Que lui aurait-elle dit? "Excuse-moi, je suis pressée là, je vais assister aux pouvoirs d'un prof. Comment? Tu ignorais que la magie existait? Mais tu sors de quelle planète ma pauvre?". Ca l'arrangeait vraiment que tout le monde soit rentré chez soi. En plus, elle n'avait pas envie de mentir à ce sujet(elle ne pouvait pas imiter un comportement qu'elle méprisait, c'était contre nature).

Finalement, ils entrèrent dans une salle de classe plus vite et pas assez à son goût. Elle avait peur de revivre cette impression qui l'avait saisi quand Natsuko s'était transformé mais d'un autre côté, se torturer dans l'attente n'était pas plus enviable.

*Je suis vachement indécise ces derniers temps…*

Ayumi ne chercha même pas à se détendre quand elle fit face aux professeur de psychisme et qu'il lui sourit.
"Je vais commencer…"
L'élève qui ne pensait pas qu'il était possible d'être plus tendue qu'elle ne l'était déjà, elle se trompait! Elle soupira intérieurement. Qu'elle était trouillarde! Elle s'était connue plus téméraire…

*C'est l'âge… Oh et puis zut!*

Il n'y a pas de quoi avoir peur, elle avait demandé une mini illusion! James avait l'air à peu près censé et mature, il n'allait pas chercher un truc effrayant. Même si ce n'était pas l'illusion en elle-même qui l'inquiétait.

Alors qu'elle était en pleine réflexion, Ayumi constata distraitement que la table n'était plus vide. Deux faux chatons(très mignons, cela dit en passant) ornaient fièrement le meuble, sous les mains de James.

Elle n'avait rien senti.

La brune se concentra. A l'apparition des deux bêtes, elle s'en était aperçu tout de suite. Mais était-ce du à ces yeux, qui avaient observé un mouvement ou alors son esprit quand James lui avait fait subir l'illusion?

*Pas moyen de savoir. Quoi qu'il en soit… J'ai ma réponse.*

Ayumi ouvrit la bouche pour la première fois.

"Quand tu les as fais apparaitre, j'ai bien ressenti un changement mais c'était si faible que je suis incapable de savoir quelle partie de mon corps a réagi quand tu as créé les chats… Mais quoi qu'il en soit, ce n'était pas effrayant. Peut être parce que tes intentions n'étaient pas néfastes, ou est-ce dans la nature de ton pouvoir…"

Elle voulait lui faire part de ses impressions, non seulement parce qu'il n'avait pas du avoir d'avis très souvent, mais en plus parce que c'était si énorme qu'elle avait le besoin de se confier.

"Après, c'est peut être parce que tu maîtrises ton pouvoir. Les autres personnes à pouvoirs du pensionnat ne sont peut être pas tous comme ça. Et c'est presque tant mieux."

En effet, ne rien ressentir face à un tour de passe-passe aussi voyant était quasi-effrayant.

"Peut être que je m'avance trop. Mais je me sens capable d'aller assister à un de vos cours, M. Wilson."Le ton n'était pas irrespectueux, pour une fois.

La tension redescendue, Ayumi souffla. Si elle voulait s'accoutumer à ce qui était désormais son univers, il valait mieux qu'elle supporte les réactions de son corps face aux démonstrations magiques des gens du pensionnat.

"Je suis vraiment soulagée!"

La lycéenne repoussa un mèche venue obstruer sa vue. Bon, elle n'allait pas non plus faire preuve de trop de sentimentalisme ni trop s'épancher sur elle-même, ça ne lui ressemblerait pas. Mais peut qu'il fallait au moins être honnête car, si James n'avait pas résolu tous ces problèmes, il avait essayé et… Ca commençait à fonctionner.

"En fait, je m'appelle Ayumi."

Elle lui sourit légèrement. Mais dans son esprit, elle cherchait un peu à s'éloigner de la confiance qu'elle commençait à éprouver pour le professeur Il ne fallait pas non plus se reposer sur lui. Etre dépendante de quelqu'un pouvait être dangereux quand son esprit était aussi influençable.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yoru-pension.purforum.com
James E. Wilson

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: Re: La petite rebelle et le grand musicien [PV : James]   Dim 26 Déc - 18:01

J'observais mon élève alors que mon illusion s'était créée, juste entre nous deux, sur la table, comme une chose ordinaire. Je l'avais bien sûr rendue visible pour nous deux uniquement, ce genre de faibles illusions ne me prenait pas énormément d'énergie. Je tentais un sourire qui n'était sûrement pas de circonstance, mais je n'allais pas non plus lui faire une grimace.
La jeune fille était tellement concentrée que j'avais l'impression que quelque chose se passait... Sentiment étrange, elle se disait sans pouvoir, mais personne ne m'avait dit qu'il ressentait quelque chose lorsque je déclenchais mes illusions.
Et je n'en pouvais plus de me poser des questions sur l'origine de ce silence. Je fis disparaître les deux chatons, avec le seul regret de ne pas avoir eu le temps de les animer, mais bon, cela ne semblait pas être la bonne chose à faire pour le moment, alors que la jeune fille semblait enterrée dans son silence. Eh bien, je n'étais pas réellement prolixe, mais là, j'avais affaire à pire que moi. Je me mis à regarder distraitement par la fenêtre, la directrice avait le bon goût de laisser de nombreux arbres dispersés dans l'enceinte du bâtiment, bon nombre de personnes n'auraient pas perdu de temps et d'argent pour rendre les choses plus agréables. Je me surpris à avoir une pensée positive, avant de l'oublier, alors que la jeune fille ouvrait enfin la bouche pour me do nner ses impressions.

C'était surprenant. Elle me dit qu'elle avait ressenti un changement. Comment était-ce possible ? Pourquoi était-ce la première fois que l'on me parlait de cette chose... Une simple coïncidence ? Ma mère, ou même Amélie, ou même tous les autres... Avec ou sans pouvoir, personne ne m'avait jamais parlé d'une quelconque anomalie alors que j'usais de mes pouvoirs, ce pourrait-il que ?... Non, encore une fois, il était trop tôt pour en tirer des conclusions.
Je l'écoutais donc avec attention, elle avait donc eu d'autres réactions face à un pouvoir... Était-ce pour cela qu'elle avait si mal réagi avec moi au départ ? Était-ce qui avait créé ce dégoût pour les personnes possédant un pouvoir ?
Elle trouvait que je maîtrisais mon pouvoir, je souris malgré tout, elle semblait finalement de plus en plus aimable avec moi et ce n'était pas pour me déplaire. Je surveillais néanmoins ses airs, je n'avais pas envie de me faire avoir par une quelconque supercherie. Méfiant ? Si peu... Simplement, je n'accordais pas facilement ma confiance et la jeune fille ne semblait pas si changeante pour d'un coup se montrer plus aimable.
Pas que je n'y croyais pas. Simple protection.

La jeune fille se mit à souffler, ça avait quand même l'air d'aller mieux et je ne pensais pas qu'elle ait des talent d'actrice aussi élevés. Je lui souris même un peu plus. Elle se disait soulagée, je me demandais de quoi, était-ce réellement une sensation désagréable lorsque l'on actionnait nos pouvoirs qui avait mis la jeune fille dans cet état ? Cela devait être vraiment terrible, il fallait que j'en sache plus, mais ce n'était pas à moi de parler, c'était mon élève qui comptait, ainsi que ce qu'elle disait. Moi je n'avais rien à lui apprendre de plus à ce moment-là. Elle me dit alors son prénom, je répondis à son sourire.


« Je suis enchanté, Ayumi. »


C'était plus agréable de l'appeler par son prénom, de le connaître aussi. J'avais maintenant l'impression de la connaître, elle aurait sûrement pu être une amie, si nous n'étions pas si différents.
Je croisai les bras lentement avant de finir par me gratter le menton... Les faits aidaient pourtant... Tout ce qu'elle m'avait dit là.


« Ayumi, dis-moi. Ressens-tu donc toujours quelque chose lorsque quelqu'un déclenche son pouvoir ? »

Je laissais un blanc devant son air incrédule.

« Il faudrait que nous fassions un nouvel essai. Jamais personne ne m'a parlé d'un effet spécial alors que j'usais de mes illusions, j'ai pourtant vécu avec une personne qui n'avait aucun pouvoir...
Je sais qu'elle aurait pu simplement omettre de me le dire, mais j'ai l'impression qu'il y a quelque chos de différent en toi... »


Je ne voulais pas l'affoler, mais tout de même, alors je lui fis un sourire.


« Je ne sais pas si cela veut dire quelque chose, il y a tellement de phénomènes inexplicables dans notre monde... »

Je n'étais sûr de rien, à part de notre mort, car toute chose avait une fin, c'était inéluctable. Je laissais à Ayumi un temps de réponse, me donnant ainsi une période assez large pour me concentrer et réfléchir à tout cela... Encore un bon mal de crâne en perspective...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayumi Hizuhara
Admin
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 08/05/2010
Age : 24

MessageSujet: Re: La petite rebelle et le grand musicien [PV : James]   Mar 5 Juil - 14:40

La question de James la perturba. Elle ne s'attendait pas à ce genre d'interrogations. A vrai dire, Ayumi ne voyait pas quel était le problème mais sûrement s'était-elle mal exprimée. Néanmoins, l'adolescente n'était pas sûre de pouvoir se confier. Elle n'aimait pas parler d'elle, seulement, force était de reconnaître que pour le coup elle était le centre des attentions. Mais fallait-il pour autant discuter ces expériences?

Ayumi se retint de soupirer. C'était impoli et ça ne la menait à rien du tout. Il valait mieux effacer le malentendu avant que cela ne dégénère.

"Non, je ne ressens pas cela à chaque fois. Il faut dire que je n'ai pas non plus assisté à une démonstration de pouvoirs tous les jours. La seule personne qui s'est métamorphosé près de moi était, selon la directrice, un cas spécial. Il devient complètement taré quand il est dans le noir, il a déjà tué quelqu'un comme ça… Apparemment c'est normal de ressentir quelque chose dans ces moments-là- j'appellerais ça l'instinct de survie..."

La jeune fille tapotait machinalement ses doigts contre la table de bois, avec un rythme précis et régulier qu'elle avait copié sur son père.

"Sincèrement, il n'y a rien d'anormal à ça je pense. L'autre fois, il émanait de ce garçon une puissance tellement effrayant que je m'étais prise à penser que c'était le cas partout. Or, je me suis trompée. Même si finalement, ce n'est pas une bonne nouvelle…"

Si elle ne ressentait rien, cela voulait dire que Lun avait utilisé ses pouvoirs d'empathe à son insu. Jusqu'au bout, elle avait espéré que tout cela ne soit qu'une regrettable méprise. Misérable humaine, voilà ce qu'elle était. Au final, qu'importe les pouvoirs des autres, elle ne pouvait strictement rien faire, même pas en être avertie. C'était pitoyable…

Mais ce professeur, James, n'utilisait pas ce pouvoir à de mauvaises intentions. Cela voulait-il dire qu'elle pouvait faire confiance aux autres, tant qu'il ne s'agissait pas de Lun?

*J'ai déjà du mal à faire confiance aux personnes normales… Non, je n'essaye même pas de leur faire confiance.*
Cependant, avant qu'elle connaisse l'existence des pouvoirs, elle n'avait jamais ressenti un danger. Evidemment, on ne peut craindre ce que l'on ne voit pas. Seulement, en ignorant l'existence des pouvoirs elle n'avait pas eu de problème. Ayumi pouvait donc espérer que l'avenir soit dans la continuité de son passé?

"Enfin voilà quoi… Sinon, c'est quand votre prochain cours "spécial"? Que je sache quand vous rendre visite!"

Elle lui fit un petit sourire espiègle pour dissiper ses interrogations, alors qu'elle n'était pas tranquille, ce qui n'était pas pratique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yoru-pension.purforum.com
James E. Wilson

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: Re: La petite rebelle et le grand musicien [PV : James]   Mer 6 Juil - 19:28

Je l'écoutais attentivement, chacune de ses paroles était très importantes pour moi et je les notais toutes dans mon esprit. Si quelque chose se passait en elle, il fallait absolument que je m'en rende compte avant que cela ne devienne trop sérieux. Au fond de moi, je ne pensais pas qu'elle ait un pouvoir, peut-être une légère sensibilité, mais était-ce possible ? Est-ce que cela existait seulement ? Je devais avouer que je ne savais même plus quoi penser de tout cela...

Seulement, ce qu'elle venait de m'apprendre changeait tout de même la donne... En effet, n'importe qui aurait mal réagit à ce genre de cas, mais comment la directrice avait pu laisser passer ça ? Cette institution était censée être là pour protéger tout le monde, pour prouver à l'État que nous pouvions vivre tous ensemble sans problème... Décidément, il me faudrait ouvrir l'œil et le bon.
La pauvre gamine avait un comportement que je pouvais maintenant expliquer, plus je l'écoutais et plus tout s'expliquait. Ce n'était pas une mauvaise élève, ni même une mauvaise personne, elle avait juste vécu trop de chose sans pouvoir évacuer et dans le même temps, je ne pouvais pas être un exutoire éternel, j'étais un professeur et le fait que je sois un peu particulier ne devait pas changer.


« Oui, c'est vrai que je n'utilise qu'un tout petit peu de mon énergie pour faire ce genre d'illusions... Il est donc normal que tu ne ressentes rien, car il n'y a rien à ressentir... »


Je pensais à voix haute, je savais que je pouvais dissimuler mes pouvoirs, ou les intensifier, je savais que si je craquais, si je m'énervais ou simplement si mon pouvoir m'échappait, alors mes illusions devenaient presque incontrôlables et je ne pouvais rien faire alors, à part essayer et prier pour que mon filtre fonctionne et que les personnes sans pouvoir ne puissent rien remarquer... Oui, c'était un combat de tous les jours et en plus, nous étions dénigrés pour cela...

J'eus un sourire en entendant sa question... Voilà qu'elle me vouvoyait maintenant. Je me retins presque de rire tellement la situation était étrange, mais je m'en fichais, c'était simplement mieux et plus sain.
Mon prochain cours aurait lieu la semaine prochaine, mais il fallait que je le prépare avant de pouvoir inscrire Ayumi dans celui-ci. Il me faudrait aussi parler avec la directrice. Après tout, la jeune fille était au courant donc il n'y avait pas de raison pour qu'elle refuse mon idée, mais je n'avais aucun intérêt à me mettre quelqu'un à dos.


« Je te le ferai savoir, ne t'en fais pas. »


Je remarquai son sourire.

« Mais attention, je ne tiens pas à ce que tu perturbes un cours, ça serait contre toi en plus, si on te considère comme la chouchou du prof... »


Je me concentrai un instant, je voulais tester un peu Ayumi... Lentement, je retournais ma main, montrant ma paume à la jeune fille. Un dé minuscule apparut.


« On va faire un autre essai, ne t'inquiète pas, il ne va rien se passer de terrifiant. Le dé va simplement grossir, mais ce ne sera rien, ce n'est qu'une illusion. Je vais te demander de te concentrer sur ce que tu ressens, tu peux fermer les yeux, faire ce que tu veux. »


Je faisais grossir le dé jusqu'à ce qu'il soit aussi grand que ma main, puis le fit tomber de ma main pour qu'il soit sur la table.


« Je sais que c'est pénible, tous ces tests et interrogations, mais tu comprends qu'il faut que je sache ce qu'il se passe, c'est comme cela que l'on peut vous défendre après. »


Le dé grossit encore et encore, ne semblant pas discontinuer, alors que je me levais et tourner, me concentrant pour utiliser énormément de mon pouvoir, je me concentrais sur des détails stupides, faisant calculer mon esprit en même temps : quelles devaient être les dimensions, quels étaient les chiffres inscrits sur les différentes faces, je m'appliquais sur le grain du dé, comme un artiste que je n'étais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayumi Hizuhara
Admin
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 08/05/2010
Age : 24

MessageSujet: Re: La petite rebelle et le grand musicien [PV : James]   Mer 13 Juil - 9:32

L'adolescente eut un léger sourire en entendant James déclarer qu'on penserait qu'elle serait la "chouchoute".

"Avoir l'appui d'un prof peut être très utile dans certains cas! Ce serait idiot de ne pas en profiter. Mais ne vous inquiétez pas, je resterais dans mon coin et je ne sais pas si j'aurais le courage de faire autre chose de toute façon, puisque je ne pense pas que les élèves essayeront de manifester leur pouvoir d'une façon aussi subtile que vous."

Son attention se reporta sur la main que venait de lever l'illusionniste. Un petit dé apparut, d'une hauteur d'à peine un centimètre.

« Je sais que c'est pénible, tous ces tests et interrogations, mais tu comprends qu'il faut que je sache ce qu'il se passe, c'est comme cela que l'on peut vous défendre après. »

Ayumi fronça les sourcils. Qu'entendait James par "défendre"? Le but de l'école n'était-il tout simplement pas d'aider seulement les élèves à pouvoirs de contrôler ces derniers?

"Nous défendre? Je ne comprends pas ce que vous voulez dire. Si je ne me rends compte de rien au fond de moi et me rapporte seulement à mes yeux, n'est-ce pas une forme de danger?"

Dans un coin de sa tête, une impression malvenue venait de germer. Une impression comme quoi James agirait simplement par pur intérêt personnel ou encore par curiosité. Mais Ayumi fit taire cette suspicion mal placée qui lui avait valu de mauvaises expériences par le passé. Ce n'était vraiment pas le moment d'agir aussi bêtement qu'avant puisque tout était différent à présent. Elle était seule, faible et vulnérable. Si elle n'était pas capable d'accorder sa confiance dans la limite du raisonnable à James, il ne lui restait plus qu'à aller chercher une corde pour se pendre illico presto au moins ce serait régler!

Le petit dé devenait de plus en plus gros à vue d'oeil et Ayumi se fit un plaisir de mettre en application le conseil avisé de James en fermant les yeux.
Au début, ne plus voir la fit appréhender la suite des évènements. Le dé allait-il se transformer ou continuerait-il juste à grossir? L'adolescente se contraignit au calme. Ses sens toujours en alerte, elle ne ressentait pas quelque chose pour autant. Ayumi ne sut si elle devait être rassurée ou au contraire déçue.

*C'est pas que je voulais être aussi anormale que ce lycée parce que c'est un effet de mode et tout ça, juste que j'aurais quand même aimé être au courant quand ce qui se déroule sous mes yeux n'est qu'une illusion ou est contrôlé par quelqu'un... Mais bon, James semblait plutôt soucieux à l'idée que je puisse avoir une certaine sensibilité, voire même avoir un pouvoir.*

Ayumi décida qu'elle était rassurée. Si elle devait avoir un pouvoir, elle aurait préféré que ce soit quelque chose ayant à voir avec sa personnalité. James vivait dans le passé et était illusionniste, Lun était manipulateur et était empathe, Gojyo était colérique et contrôlait le feu...

*Mais quel pouvoir aurait correspondu avec mon sale caractère?*

L'élève se reconcentra sur ses émotions, histoire d'être certaine de ce qu'elle avançait. Mais il ne se passait toujours rien et, presque timidement, elle rouvrit les yeux.

"Ah!"

Ayumi recula brusquement la tête. C'était plus un dé là, mais un cube géant! Sans la dépasser, il était vraiment énorme, et extrêment réaliste pour le coup...

"Sincèrement ça, je l'avais pas vu venir! Que ce soit dans mon subconscient ou quoi que ce soit..."

Une fois l'effet de surprise passée, Ayumi observa plus attentivement le "dé". Bien que flottant dans les airs, il paraissait vraiment réel. L'adolescente était persuadée que si elle le touchait, et sa main la démangeait, elle pourrait sentir le plastique contre la pulpe de ses doigts.

"Si quelqu'un passait dans les couloirs et regardait par hasard à travers la vitre de la porte, est-ce que lui aussi verrait ça?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yoru-pension.purforum.com
James E. Wilson

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: Re: La petite rebelle et le grand musicien [PV : James]   Mer 13 Juil - 14:40

Je fis un petit sourire quand elle me dit que l'appui d'un prof pouvait être utile, c'était sûrement vrai, mais je préférais de loin qu'elle fasse ce que je lui avais conseillé, c'est vrai que cela pourrait lui faire peur si quelqu'un agissait trop violemment avec ses pouvoirs, mais je pourrais toujours agir... Elle allait de toute façon devoir se montrer assez compréhensive pour ne pas devenir complètement folle. Si elle venait à s'imaginer que toutes les personnes détentrices d'un pouvoir pourraient lui faire du mal... Je préférais ne pas y penser, mais malheureusement, c'est ma langue qui avait fourché en laissant mes pensées prendre la parole. Je la regardai avec un air sérieux, espérant pouvoir être clair cette fois.

« Il n'y a pas de risque zéro, nous devons nous occuper de vous tous, que vous ayez un pouvoir ou non. En plus, toi tu es au courant et tu as peut-être quelque chose en toi... C'est très important... Je ne veux pas t'effrayer, je pense que tu es assez intelligente pour comprendre... Puisque tu le sais, tu devras être la consciente possible de ce qui t'entoure. »


Je me rappelais alors de la peur qu'avait ma mère et de celle d'Amélie, qu'elle avait essayé de cacher sans pouvoir la retenir... Parfois alors que j'étais endormi et que des choses se passaient dans l'appartement, elle remettait notre relation en question, et j'étais obligé de trouver la raison des divers événements (parfois c'était juste une fenêtre ouverte qui avait balayé un bureau) pour la rassurer...

Maintenant je faisais grossir ce dé, Ayumi devrait lutter, contre ses peurs et contre ses propres illusions. Son cerveau allait lui transmettre encore d'autres images correspondant à son imagination. Le dé grandit rapidement et, plongé dans ma concentration, je sursautai presque quand la jeune fille se mit à crier de surprise. Heureusement, je fus vite rassuré, elle n'avait que vu mon dé après avoir fermé les yeux. Elle parlait de son subconscient... Oui, moi aussi je trouvais ça étrange, je ne contrôlais pas les gens, mais c'était tout comme après tout, puisque j'étais capable de faire apparaître des illusions devant eux... Si réelles qu'ils pouvaient ensuite croire en tout...
Je laissais le dé à sa taille, pensant que ce n'était pas vraiment la peine d'augmenter sa taille. Je revins un peu plus vers Ayumi.


« Cette illusion n'est visible que pour toi et moi, si quelqu'un passe, il nous verra regarder une diapositive contre le mur ,dis-je en pointant le dé, ou plutôt, le tableau blanc qui se trouvait derrière. Je pourrai ainsi improviser... »

Je fis rapetisser le dé, jusqu'à le faire éclater dans un petit feu d'artifice. Il fallait toujours que je fasse toujours les choses en beauté, c'était en moi.


« As-tu ressenti quelque chose cette fois ? J'ai essayé de dépenser une grande partie de mon pouvoir et je l'ai diffusé dans presque tout la pièce... »


En effet, j'avais dépensé beaucoup d'énergie et j'étais maintenant un peu essoufflé et surtout nerveux. Ayumi était une énigme pour moi, et avant de vouloir en savoir plus, je devrais sûrement avoir un entretien avec la directrice, histoire de m'assurer qu'on ne me cachait pas d'autres choses énormes comme celles-ci... Je n'imaginais même pas si Ayumi n'était pas tombée sur moi mais sur un autre et avait lâché son venin sur un élève avec un pouvoir... Ça aurait pu réellement très mal se terminer...


« J'espère au moins que j'aurai un peu changé ta vision sur les personnes ayant un pouvoir, pour ma part j'ai eu énormément de chance, mais il faut savoir que s'ils sont envoyés ici sans avoir le choix, c'est le seul endroit, au moins au Japon qui les accepte... »


Je commençais à me demander ce que j'aurais fait si mon enfant avait eu un pouvoir... C'était sûrement devenu plus strict dernièrement et si j'avais pu échapper au fait d'être envoyé dans un autre institut, j'aurais sûrement dû le laisser partir... Enfin, de toute façon, je n'avais pas d'enfant et n'en aurait pas avant un moment... Je ne savais pas pourquoi ces pensées revenaient toujours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La petite rebelle et le grand musicien [PV : James]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La petite rebelle et le grand musicien [PV : James]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite Légende | Un grand avenir ce dessine devant toi...
» Edouard Demais, Le musicien poète au grand coeur (en cours)
» Petite aide fait grand bien. [Clay]
» Petite pensée pour le Japon
» Petite cause, grands effets...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Yoru :: Le Pensionnat :: La cour-
Sauter vers: